Déroulé d'amours abricotinées

Septembre 2016 / Décembre 2018

Avec : Lynda Buain, Frédéric Blottière, Fabien Cassé, Mickaël Guédé, Stéphane Juglet, Jérôme Lebled, Jocelyne Lediguerher, Laurent Lemaitre, Lindsay Papin, Stéphane Perlinski, Clément Villa, et Pascal Vovard.

Accompagnés de : Frode Bjornstad, Claudie Douet, Jean Guillet, technicien lumière, Pierrick Lefranc, musicien improvisateur, Eric Minette, plasticien, Nathalie Lebreton, infirmière en psychiatrie

et rejoints par le chorégraphe et metteur en scène, François Verret, et la danseuse Natacha Kouznetsova.

Avec Déroulé d’amours abricotinées, l’Atelier des Volontiers dévoile de nouveaux paysages.

Quatre personnes rejoignent le groupe des acteurs. L’équipe accompagnante s’agrandit d’artistes amenant d’autres espaces poétiques et de soignants bordant délicatement les entours du plateau.

L’Atelier des Volontiers poursuit son aventure collective, nourrie d’échanges, de dialogues, de confrontations de points de vue et se révèle être une expérience très riche pour l’ensemble des participants.

Le travail se compose à partir d’improvisations en évitant d’apposer sur celui-ci une structure rigide ou une forme théâtrale préétablie. Ce qui se fait se refera toujours différemment et il s’agit bien là d’inventer un espace collectif sensible, d’ouvrir les conditions d’un état de présence au plateau où toute modification est permise et devient une respiration.

Les textes et poèmes entendus dans cette pièce sont issus des ateliers d’écriture que Victoria Horton mène avec la plupart d’entre eux.

Les représentations :

17 et 18 juin 2017 à la Fonderie

18 novembre 2017 à la Fonderie

3 juin 2018 à l’Espace Culturel Henri Salvador de Coulaines.

9 juin 2018 à la Fonderie

3 novembre 2018 à la Fonderie

Des témoignages :

Victoria Horton

«  L’un danse, l’autre pas, mais le geste se veut implacable, c’est le metteur en scène qui l’a dit. Pascal se lève, s’approche, entre les mains l’accordéon de silence, les plis du souffle qui soutient notre vie. Frédéric a trouvé des mots, qu’il nous dit, qu’il nous répète inlassablement ; les acteurs le rejoignent, l’entourent, le soutiennent, et ses mots simples deviennent parole, et la parole est reprise en écho.

Non, cette année les onze de la troupe des Volontiers n’ont pas d’histoire à raconter : Ils ont à suivre un fil, le fil ténu de leur présence à eux-mêmes et à nous » .

Jocelyne Lediguerher, actrice des Volontiers.

« On va essayer. Essayer de faire une nouvelle pièce… J’ai répété ma danse. Après on a dormi. Tout le monde dormait. Avec l’accordéon il réveillait les autres. Tout le monde s’est allongé.

Y avait pas de bruit...T’as tout loupé, t’étais pas là. J’ai dormi vraiment, j’ai fermé les yeux.

J’ai mis une robe beige avec du blanc et un petit chapeau blanc. Il a mis une grande veste à carreaux grise et un chapeau noir, c’est tout.

Avec sa guitare, il chantait, il chantait du joli, t’aurais vu ! Il chantait mon amour et toi, je sais plus...

On a répété sérieux, t’aurais vu ! On a fait les instruments. C’était beau !...

Presse :

Article de Jean Pierre Thibaudat sur son blog Théâtre et Balagan:

Poème de Stéphane Juglet dit dans le spectacle

« J’ai pas suivi d’études supérieures

Pardonnez moi je ne suis pas parfait

Mon handicap m’empêche pas d’être heureux

J’ai cru en moi j’étais seul à y croire

Et ma victoire était une évidence

Aussi bien qu’eux je pouvais le faire

Me battre pour mes rêves et jusqu’au bout

Y croire jusqu’au bout toujours debout. »